canne2

Originaire de Mélanésie, la canne à sucre est une grande graminée tropicale herbacée à port de roseau de 2.5 m à 6 m de haut.

Son nom scientifique est Saccharum officinarum, elle fait partie de la famille des Poacées ou Graminées.

La canne sucre est présente à La Réunion dès le 17ème siècle. Son jus est utilisé pour la fabrication d’un rhum clandestin, le fangourin (ou raque). Début du 19ème siècle, alors que l’île est pour quelques années sous domination britannique, sa culture prend de l’ampleur. La première distillerie apparaît en 1815. Avec l’arrivée des travailleurs immigrés à partir de 1848, elle supplante les productions d’épices et de café. La canne à sucre devient dès lors une culture d’exportation de l’île Bourbon.

Aujourd’hui, environ 25000 hectares de terres agricoles (58% de la surface agricole de l’île) sont consacrés à la culture de la canne à sucre. Quelques 3500 exploitations emploient plus de 12000 personnes, dont environ 4000 à titre saisonnier. Cette filière est la principale source d’emplois de l’agriculture locale.

Chaque année 210 000 tonnes de sucre sont fabriquées à La Réunion.

 

Cette filière compte deux usines modernes, celle de Bois Rouge à Sainte Suzanne, et le Gol à Saint Louis. Toutes deux sont la propriété du groupe Tereos Océan Indien. Eurocanne est le terminal sucrier de l’île. Trois distilleries industrielles (Savanna, Rivière du Mat, Isautier) valorisent cette filière en proposant des punchs et rhums de qualité. Qu’ils soient agricoles, traditionnels, vieux, ou arrangés, les rhums de La Réunion sont régulièrement récompensés lors des grands concours agricoles, et font indiscutablement partie des meilleurs du monde.

canne1

 

 

Crédits Photos: Serge Gélabert

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*